Les tendances de l’intérim au 4e trimestre 2019



Les recruteurs de vos agences Menco Intérim passent à la loupe les dernières statistiques de l'emploi. Zoom sur le 4e trimestre 2019.

Globalement, l’année 2019 a vu un certain recul dans le travail en intérim. Toutefois, il faut garder à l’esprit que le nombre de travailleurs intérimaires reste historiquement haut. Malgré ce recul, nous avons pu constater un rebond positif au cours du 4e trimestre 2019. Voyons les chiffres en détail.

Moins d'emplois intérimaires en 2019

Quand nous regardons les chiffres de l’année 2019, nous pouvons que constater que le nombre d’emplois intérimaires a diminué de -4,4 % en moyenne sur l’année. Les diminutions ont été variables selon les mois, allant de -0,6 % à -7,6 %. Néanmoins, le nombre d’emplois intérimaires reste tout de même très élevé avec 110 000 recrutements en 2019 contre 37 500 en 2010.

Il y a plusieurs causes à cette baisse somme toute relative. En premier lieu les contestations sociales, les grèves et autres manifestations qui ont largement impacté les transports, l’hôtellerie, la restauration et la logistique qui sont des secteurs qui recrutent beaucoup en intérim habituellement. Ensuite, il y a les tensions géopolitiques à l’international, le Brexit, le risque de récession en Allemagne et tout de même la réalité de la baisse du Produit Intérieur Brut (PIB) de la France, qui a presque baissé de moitié par rapport à 2017 passant de 2,3 % à 1,2 % d’après les chiffres connus actuellement.

 

 

Intérim, CDD, CDI : retrouvez nos dernières offres d'emploi de 2020

 

 

Qualification en hausse au quatrième trimestre 2019

Dans les points positifs de ce quatrième trimestre 2019, nous pouvons noter une poursuite de l’élévation du niveau de qualifications des intérimaires. En effet, avec +4,4 %, les professions intermédiaires et les cadres continuent leur progression.

En décembre, et ce pour le troisième mois consécutif, le secteur des transports augmente également de 7,6 %. Ce secteur a une hausse globale moyenne pour ce quatrième trimestre de +5,6 %. Cette hausse est d’autant plus importante qu’elle intervient après un recul constant de 14 mois.

La baisse de l’emploi intérimaire la plus significative était en juillet avec -7,6 % et à l’inverse, le recul le moins marqué était en novembre avec -0,6 %.

Mouvement sociaux et travail temporaire

Malheureusement, ce 4e trimestre 2019 est loin d’être uniquement positif, car il s’inscrit dans la continuité des chiffres de l’année, et ce, sur l’ensemble du territoire français. En effet, après un rebond en novembre, c’est la dégringolade en décembre avec -5,1 % du travail temporaire. Si la tendance annuelle des effectifs intérimaires des secteurs du BTP et du service reste positive avec respectivement +2,9 % et +1,6 %, nous devons constater que le pic d’activité de novembre n’aura pas suffi à retrouver les bons chiffres du mois de mai.

En effet, en décembre le BTP affiche -3,8 % et les services -3,7 %. Les mouvements sociaux de la fin d’année ont, semblerait-il, contribué à la baisse du secteur du commerce de -5,5 %. C’est le chiffre le plus bas observé pour ce secteur cette année. L’industrie reste la plus touchée par la baisse du nombre d’emplois intérimaires avec -10,2 % en décembre après le sursaut à -5,2 % en novembre. Ce chiffre est le plus bas du trimestre tous secteurs confondus. Par conséquent, il n’est pas étonnant de constater que les intérimaires les plus touchés sont les ouvriers. Bien qu’il représente 72 % de l’effectif des intérimaires à eux seuls leur nombre est en baisse de -7,4 %.

Le bilan de ce quatrième trimestre 2019 est en demi-teinte. Malgré un surcroît d’activité intérimaire en novembre, il reste malgré tout globalement moyen. S’il s’explique globalement par le contexte social, il s’est néanmoins inscrit dans la continuité de l’année 2019 avec des chiffres le plus souvent en baisse.

(Photo PXHere)

Les tendances de l’intérim au 4e trimestre 2019