Fiche métier : conducteur d’engins



Etudes, missions, carrières… Comment devenir conducteur d'engin ? Nos spécialistes en recrutement Menco RH vous disent tout sur ce métier.

Il n’y a pas de gros chantier de terrassement ou de construction sans bulldozer ou pelle mécanique. Le conducteur d’engins, au volant de ces colosses mécaniques, prépare et déblaie le terrain avant d’effectuer les travaux de terrassement ou de nivellement. C’est un professionnel indispensable et très recherché.

Conducteur d’engins : ses missions

Avant toute chose, le conducteur d’engins doit s’occuper de la maintenance des engins qu’il est amené à conduire. Il doit vérifier les niveaux d’eau et d’huile, effectuer le graissage des pièces, etc. Il effectuera aussi les petites réparations comme le changement de pièces défectueuses. Pour toute autre anomalie ou panne, il devra la signaler.

Selon la taille et le type de chantier, le conducteur d’engins peut être amené à conduire tout type de véhicules sur roues ou à chenilles. Des bulldozers aux pelleteuses, en passant par les rouleaux compresseurs et autres chargeuses, sans oublier les niveleuses, décapeuses ou grues automotrices notamment, le conducteur d’engins est indispensable à un chantier de petite ou de grande envergure, qu’il soit pour les Travaux Publics (routes, tunnels, ponts, aéroports, barrages, etc.) ou pour des particuliers (tranchées, terrassement, etc.). Sur un petit chantier, il conduira plusieurs machines, alors que sur un gros, il sera en charge d’un seul engin.

   Retrouvez ici nos offres d'emploi de conducteurs d'engin réactualisées

 

Que le conducteur soit aux commandes d’un ou de plusieurs engins, il aura pour mission d’entasser ou déblayer des matériaux, de déplacer de lourdes charges, de réaliser des tranchées, de creuser dans différentes strates de sol par exemple. Il travaille sous les ordres d’un chef de chantier qui lui indiquera où, comment et avec quel engin intervenir.

La conduite de ce type d’engin nécessite beaucoup de vigilance, de doigté et de précision, afin de respecter les cotes et les mesures et termes de largeur, hauteur et profondeur.

Qui peut devenir conducteur d’engins ?

Si le conducteur d’engins doit avant tout connaître parfaitement sa ou ses machines, ainsi que les risques inhérents à chaque engin et savoir effectuer certaines réparations, il doit aussi avoir le sens des responsabilités. En effet, ce sont des machines puissantes et coûteuses qu’il faut maîtriser et manœuvrer parfaitement dans le respect des règles de sécurité et de l’équipe qui l’entoure.

Le conducteur doit aussi savoir suivre avec exactitude un plan prédéfini et jauger le type de terrain sur lequel il évolue. En fonction de cela, il devra faire preuve de sang-froid, de vigilance, de réactivité et avoir les bons réflexes pour exécuter au mieux son travail dans les meilleures conditions. Il doit savoir apprécier les distances et connaître les limites de sa machine. Il est indispensable d’avoir le sens de l’équipe, car même seul dans son engin, il doit être à l’écoute des autres.

Il devra aussi faire preuve d’une grande endurance physique et mentale, car c’est un métier stressant, exposé à la poussière et au bruit, et qui peut l’amener sur des chantiers très loin de chez lui.

Quelles études entreprendre ?

Vous ne pouvez pas être conducteur d’engins sans diplôme. En effet, de plus en plus perfectionnés, les engins de travaux publics ne se conduisent pas sans une formation préalable. Les niveaux de qualification requis vont du CAP au bac pro :

  • CAP Conducteur d’engins de travaux publics et carrières,
  • CAP Maintenance des matériels de travaux publics et de manutention,
  • BP Conducteur d’engins de chantier de travaux publics,
  • Bac pro Maintenance des matériels, option travaux publics et manutention.

Le CAP se prépare en deux ans et c’est le minimum requis pour exercer ce métier. Cependant, pour accroître vos chances sur le marché du travail, il est recommandé de poursuivre votre formation, car les titulaires de diplôme supplémentaires ont généralement plus d’autonomie et de responsabilités.

 

La qualification pour ce métier peut aussi se faire par la formation continue. En effet, le conducteur d’engins de TP peut acquérir une formation spécifique à tel ou tel engin suivant les besoins du chantier ou de l’entreprise. Ils ont également la possibilité de faire reconnaître leurs compétences professionnelles grâce à la validation des acquis de l’expérience afin d’obtenir un diplôme. Pour exemple, on notera que les conducteurs d’engins intervenant pour l’exploitation des carrières peuvent avoir des connaissances des techniques d’extraction et des structures des gisements.

Il faut aussi savoir que, si le conducteur achemine lui-même les engins sur le chantier, il doit être titulaire du permis C.

Carrière du conducteur d’engins

Le conducteur d’engin de chantier à ses débuts a en charge les machines qui ont le maniement le plus facile. Une fois qu’il a fait ses preuves, on lui confie des engins qui demandent plus d’expérience. L’engin le plus impressionnant de tous est sans conteste le tunnelier, qui permet de percer une montagne ou un sous-sol, pour un tunnel ou un chantier de ligne de métro entre autres.

Avec l’expérience acquise, le conducteur d’engins peut donc devenir conducteur polyvalent sur plusieurs engins, mais aussi se spécialiser dans une technique particulière ou s’orienter vers l’entretien et la maintenance d’engins par exemple. Il pourra aussi devenir chef d’équipe voire chef de chantier.

La forte demande de conducteurs d’engins qualifiés fait qu’avec de l’expérience, il vous sera aussi possible de créer ou de reprendre une activité à votre nom.

Comment devenir conducteur d’engins ?